Communiqué de presse relatif à l’arrestation de M. Aloys Baricako

Bruxelles, le 27 Mars 2018.

  1.  Alors qu’il était en route pour l’enterrement de sa grand-mère à Karusi, Monsieur Aloys Baricako, Président du parti RANAC et membre du Directoire du CNARED-GIRITEKA a été arrêté hier, 26 Mars 2018, à Gitega par une cohorte de policiers et conduit dans les sinistres cachots du Service National de Renseignement de Gitega.

  2. Le CNARED-GIRITEKA condamne vigoureusement  cette arrestation arbitraire qui dénote une fois de plus le terrorisme d’Etat qui règne à la veille du Référendum de tous les dangers du 17 mai 2018.

  3. Le CNARED-GIRITEKA demande en conséquence à la dictature de Monsieur Pierre Nkurunziza la libération immédiate de Monsieur Aloys Baricako qui n’a d’autre tort que d’être un chef d’un parti politique de l’opposition de surcroît membre du CNARED-GIRITEKA.
  4. Le CNARED-GIRITEKA saisi cette occasion pour prendre à témoin la communauté internationale, spécialement la Communauté Est-Africaine et la Médiation-Facilitation dans la crise burundaise, afin qu’elle comprenne et réalise que cette volonté d’éliminer toute voix discordante de l’opposition est un prélude à un désastre qui va s’abattre sur le Burundi avec ce référendum du 17 Mai 2018.
  5. Par cette arrestation arbitraire d’Aloys Baricako, chaque burundais doit comprendre et mesurer le sens du geste qu’il posera le jour du référendum, le 17 Mai 2018.

 Pour le CNARED-GIRITEKA,

Pancrace Cimpaye

Porte-parole

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *