DECLARATION EN RAPPORT AVEC L’ABSENCE DU BURUNDI AU VINGT-SEPTIEME SOMMET DE L’UNION AFRICAINE

Du 10 au 18 s’est tenu à Kigali en République Rwandaise le vingt-septième Sommet de l’Union Africaine. Le gouvernement  de facto de Bujumbura a boycotté les assises de ce Sommet. Le même gouvernement venait de claquer la porte des pourparlers inter-burundais qui étaient organisés à Arusha en Tanzanie du 12 au 14 juillet sous l’égide du facilitateur, Son Excellence Benjamin Mkapa. Face à cette politique de la chaise vide du gouvernement de facto de Bujumbura, le CNARED-GIRITEKA, confronté à une crise politico-sécuritaire  grave au Burundi, rend publique la déclaration suivante :

  1. Depuis que Monsieur Pierre NKURUNZIZA a forcé un troisième mandat illégal contre l’avis du parlement, une crise profonde frappe le Burundi. Ainsi plus de 1.000 vies humaines ont été fauchées par une répression sanglante et aveugle du pouvoir de facto en place à Bujumbura ; plus de 500.000 de nos compatriotes ont pris le chemin de l’exil et plus de 6.000 burundais ont été emprisonnés pour des mobiles politiques. Les corps de défense et de sécurité sont détruits et remplacés par la milice Imbonerakure qui sème la mort et la désolation. A côté de cette milice, une campagne de haine ethnique est utilisée comme un outil de propagande pour se maintenir au pouvoir !
  1. Face à cette situation grave qui menace d’embraser toute la sous-région le Sommet des Chefs d’Etat des pays de la Communauté Est Africaine a initié un cadre de pourparlers inter-burundais devant mettre fin au drame qui mine le Burundi. Le Président Ougandais, Son Excellence Yoweri Kaguta Museveni a été désigné comme Médiateur et l’ex Président Tanzanien, Son Excellence Benjamin Mkapa a été désigné comme Facilitateur.
  1. C’est ainsi que du 12 au 14 juillet 2016, le Facilitateur a organisé une deuxième session du dialogue inter-burundais à Arusha en Tanzanie pour fixer l’agenda desdits pourparlers.
  1. Cependant le gouvernement de facto de Bujumbura a claqué la porte. Il a refusé de s’assoir à la même table de négociations avec sa véritable opposition constituée principalement par la plateforme politique CNARED-GIRITEKA mais aussi avec la société civile qui a combattu le troisième mandat illégal et illégitime.
  1. Force est de constater que ce gouvernement de facto de Bujumbura vient de rééditer la même attitude irresponsable de chaise vide au vingt-septième Sommet de l’Union Africaine, pourtant ce Sommet doit analyser la question relative à la crise préoccupante qui sévit au Burundi.
  1. Le CNARED-GIRITEKA condamne cette attitude irresponsable de la chaise vide au moment où le peuple burundais attend impatiemment une solution qui mettrait fin au calvaire politique, sécuritaire et socio-économique qu’il endure.
  1. Pour ce faire, le CNARED-GIRITEKA demande au vingt-septième Sommet de l’Union Africaine d’imposer la paix au Burundi. Il est urgent de voter des sanctions drastiques comme un embargo économique et sur les armes ainsi que le déploiement des troupes de l’Union Africaine devant protéger les populations burundaises traquées par leurs propres dirigeants.
  1. Le CNARED-GIRITEKA profite de cette opportunité pour demander à l’Union Européenne de maintenir les sanctions contre le pouvoir de facto de Bujumbura qui refuse toute solution négociée à la crise burundaise.
  1. Le CNARED-GIRITEKA réaffirme une fois de plus que la crise burundaise n’est pas une invention de notre pays frère le Rwanda. La crise burundaise est une affaire burundo-burundaise déclenchée par M. NKURUNZIZA qui a violé constamment  l’Accord d’Arusha pour  la  paix et la réconciliation au Burundi ainsi que  la constitution jusqu’à tenter d’imposer un troisième mandat illégal et illégitime pour se maintenir au pouvoir.
  1. Le CNARED-GIRITEKA remercie les pays de la Sous Région qui ne cessent de supporter le fardeau des réfugiés imposé par le pouvoir en place à Bujumbura.
  1. Le CNARED-GIRITEKA demande à la Communauté Internationale spécialement à l’Union Africaine d’accorder un soutien indéfectible au Facilitateur Benjamin Mkapa dans sa noble et lourde mission de trouver une solution à la crise burundaise.
  1. Le CNARED-GIRITEKA remercie le Facilitateur pour tous les efforts qu’il déploie à cet effet et exige encore une fois que l’Ambassadeur de Bujumbura Libérat Mfumukeko, actuel Secrétaire Général de la Communauté Est Africaine cesse toute ingérence dans le processus de préparation et de déroulement des négociations inter-burundaises d’Arusha.

Fait à Kigali,  le 18 juillet 2016

Pour le CNARED

Dr. Jean Minani

Président.