DECLARATION DU CNARED-GIRITEKA DU 01/08/2016 A L’OCCASION DU 1er ANNIVERSIARE DE SA CREATION

Ce Lundi 1er Août 2016, le CNARED-GIRITEKA célèbre son anniversaire. Une année après la naissance de cette plate-forme politique de l’opposition burundaise à Addis-Abeba, force est de constater que le pouvoir de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA est loin de permettre au peuple burundais de renouer avec l’esprit et la lettre de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi. Le pouvoir totalitaire de Monsieur Pierre NKURUNZIZA a instauré une République bananière, le terrorisme d’Etat est devenu le mode de gouvernance du Burundi. Face à cette dérive totalitaire consécutive à un troisième mandat illégal et illégitime qui massacre toutes les voix discordantes, le CNARED-GIRITEKA rend publique la déclaration suivante :

1. Depuis le 26 avril 2015, le Burundi traverse une crise politico-sécuritaire grave consécutive à la décision irresponsable de Monsieur Pierre NKURUNZIZA de s’accrocher au pouvoir par un troisième mandat illégal et illégitime qui lui avait été refusé par l’Assemblée Nationale du Burundi le 21 mars 2014.

2. Ce troisième mandat illégal et illégitime a, jusqu’à ce jour, causé la mort de plus de 1500 personnes ; il est la cause de l’emprisonnement arbitraire de plus de 8000 burundais dont plus de la moitié ont déjà été soumis à la torture de la part des services de renseignements burundais et de la milice IMBONERAKURE pilotés par Monsieur Pierre NKURUNZIZA ; ce mandat illégal et illégitime est à l’origine des viols collectifs commis par des éléments de la milice IMBONERAKURE et certains éléments de la police et de l’armée ; à cause de ce mandat illégal et illégitime, plus de 800 burundais sont toujours portés disparus après avoir été enlevés par les services de renseignement pilotés par Monsieur Pierre NKURUNZIZA ; ce mandat illégal et illégitime a déjà forcé à l’exil plus de cinq cent mille burundais ; ce mandat illégal et illégitime a déjà ruiné l’économie burundaise condamnant le pays à l’autarcie, etc.

3. Depuis qu’il a décidé de s’octroyer ce troisième mandat illégal et illégitime, Monsieur Pierre NKURUNZIZA tourne le dos à toute initiative de la communauté internationale visant à rétablir la paix et la stabilité au Burundi. A cause de son obstination à refuser les négociations inclusives sous médiation internationale, Monsieur Pierre NKURUNZIZA continue d’utiliser toutes les manœuvres visant à saboter les négociations inter-burundais sous l’égide Communauté est-africaine. C’est dans cette perspective que la délégation du régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA a saboté le deuxième round de ces négociations qui s’est tenu du 12 au 14 juillet 2016 à Arusha en Tanzanie.

4. C’est toujours dans cet ordre idée que le pouvoir de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA a boycotté le sommet de l’Union Africaine du 14 au 18 Juillet 2016 qui devait analyser la crise burundaise, forçant ainsi ce sommet à ne pas prendre les décisions qui s’imposent en l’absence des représentants de ce régime.
5. Comme si cela ne suffisait pas, la délégation du pouvoir de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA vient de boycotter la séance de discussion au comité de l’Organisation des Nations-Unies contre la torture du 28 au 29 juillet 2016, au cours de laquelle cette délégation aurait dû apporter des réponses aux accusations de l’Organisation des Nations-Unies concernant des cas de tortures imputables aux services de renseignement burundais et aux miliciens IMBONERAKURE ; des cas qui ont été recensés et appuyés par des éléments de preuve irréfutables.
6. Le CNARED-GIRITEKA condamne énergiquement cette stratégie irresponsable de Monsieur Pierre NKURUNZIZA de saboter tous les efforts de la communauté internationale visant à faire cesser les violences et à ramener la paix au Burundi. Cette stratégie du pouvoir de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA est une preuve irréfutable que ce pouvoir est insensible au drame qui frappe le Burundi, et, ce faisant, constitue non seulement un danger pour le Burundi mais aussi une menace pour la stabilité de toute la sous-région.

7. Toujours dans sa stratégie de saboter tous les efforts de la communauté internationale pour une paix durable au Burundi, le régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA a organisé ce Samedi 30 Juillet 2016, une manifestation hostile aux Nations-Unies et la France à cause du vote de la résolution 2303 par le Conseil de sécurité de Nations-Unies, une résolution qui autorise le déploiement de 228 policiers des Nations-Unies au Burundi.

8. Les slogans haineux se trouvant sur les pancartes des manifestants, au premier rang desquels se trouvaient le maire de la ville de Bujumbura et de nombreux hauts dignitaires du régime dont des députés, en disent beaucoup. Une simple lecture de ces pancartes démontre la véritable facette du régime de Monsieur Pierre NKURUNZIZA : un régime voyou qui répond aux initiatives de la communauté internationale sur le Burundi par la méfiance, les insultes et l’humiliation.

9. Cette manifestation de la honte a prouvé une réalité : toute personne, tout pays ou toute organisation qui s’intéresse à la question burundaise est automatiquement qualifié par le régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA de vouloir déstabiliser le Burundi ou de soutenir le terrorisme. Hier c’était le Rwanda, la Belgique, l’Union Africaine, l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique, aujourd’hui c’est le tour des Nations-Unies et de la France.

10. Cette manifestation est aussi une autre preuve que le Burundi n’est plus crédible à fournir les troupes dans les missions de maintien de la paix car il est absurde que le Burundi, un pays dont les soi-disant dirigeants actuels affirment qu’une force des Nations-Unies est une force d’invasion et de déstabilisation qu’il faut combattre, puisse avoir le privilège d’envoyer des troupes dans des missions des missions de maintien de la paix.

11. Le CNARED-GIRITEKA est sidéré par les attaques au vitriol contre la France par le régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA. Avec la dernière énergie possible, le CNARED-GIRITEKA condamne les propos déplacés de ce régime qui tourne en dérision le drame causé par les attaques terroristes commises en France ces derniers temps. Ce manque de respect à la vie de l’homme et aux morts est une tare qui caractérise malheureusement Monsieur Pierre NKURUNZIZA et la clique qui contrôle le pouvoir au tour de lui.

12. Le CNARED-GIRITEKA remercie les personnalités, les pays et organisations qui n’ont cessé de venir au chevet du Burundi en ces moments de dures épreuves. Il remercie particulièrement l’Union Africaine, l’Union Européenne, la Communauté est-africaine et l’organisation des Nations Unions pour leurs efforts inlassables qu’elles ne cessent de déployer pour aider le Burundi à recouvrer la paix et la stabilité.

13. A ce titre, le CNARED-GIRITEKA prend acte de la résolution du Conseil de sécurité de Nations-Unies 2303 qui autorise le déploiement de 228 policiers des Nations-Unies au Burundi. Cette mesure quoi que minimale accroitra la pression sur le régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA et permettra de renforcer la surveillance sur ce régime responsable des atrocités de masse qui sont devenu le quotidien du peuple burundais. Le CNARED-GIRITEKA espère que cette mesure cheminera vers le déploiement d’une force militaire internationale devant protéger le peuple burundais en danger imminent et imposer la paix au Burundi.

14. Le CNARED-GIRITEKA demande au Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté est-africaine de se réunir en urgence pour constater le refus par le régime de facto de Monsieur Pierre NKURUNZIZA de toute solution négociée à la crise burundaise. Dès lors des sanctions qui s’imposent allant jusqu’à l’embargo économique et sur les armes doivent être prises contre ce régime pour le contraindre d’accepter les négociations inclusives sous médiation internationale, seul moyen de ramener la paix et la stabilité au Burundi. Le CNARED-GIRITEKA reste disponible pour ces négociations telles qu’elles ont été commencées sous la médiation de son Excellence Yoweri Kaguta MUSEVENI, Président de la République d’Ouganda et de la facilitation de son Excellence Benjamin William MKAPA, ancien Président de la Tanzanie.

15. Le CNARED-GIRITEKA profite de cette occasion pour rendre un vibrant hommage au Facilitateur dans la crise burundaise Son Excellence Benjamin William MKAPA et demande à l’ensemble de la communauté internationale de lui apporter un soutien indéfectible.

16. Enfin, le CNARED-GIRITEKA présente ses vives condoléances à toutes les familles burundaises qui ont été endeuillées par le pouvoir illégal et illégitime de Monsieur Pierre NKURUNZIZA et à celles dont les membres sont portés disparus, et exprime sa compassion à toutes les victimes de ce régime. Le CNARED-GIRITEKA demande à la population burundaise de rester sereine et soudée ; il promet encore une fois au peuple burundais que nul ne viendra à bout sa détermination à redorer le blason de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi.

Fait à Bruxelles, le 1er Août 2016

Pour le CNARED-GIRITEKA

Dr. Jean Minani

Président.