Morts, tortures, disparitions au Burundi qui plaindre, qui sera responsable devant l’histoire du Burundi et l’humanité toute entière ?

Afbeeldingsresultaat voor les morts de nkurunziza

Des centaines de morts disparitions (entre 500 et 1100 selon les NU et les Organisations locales de défense des droits humains locales) ont été rapportés.  Des tortures également (plus de 600 cas selon les Nations Unies). Plus de 4000 jeunes pourrissent en prison des conditions inhumaines.

 

 

 

NKURUNZIZA est – il responsable, est – il à plaindre ?

Afbeeldingsresultaat voor les morts de nkurunziza

Dans certains cas oui et dans certains cas non.

Pourquoi oui. NKURUNZIZA a un égoïsme qui frise la psychopathie. Il ne pourra jamais céder le pouvoir peut importe le prix à payer ! Ceux qui l’ont côtoyé à l’Athénée de Gitega témoignent qu’il était un grand maraudeur d’avocats dans un jardin des prêtres Catholiques à cote.  Il les conservait dans un sac sous lit. Chaque matin et soir, il les comptait. Quand par hasard il y’en avait un qui avait disparu c’était la guerre au dortoir.

NKURUNZIZA jouait et aimait beaucoup le football et il occupait la défense. Lors des matchs au lieu de laisser passer un joueur qui l’avait driblé NKURUNZIZA préférait l’arrêter en le saisissant, le mordant au niveau des épaules et être puni au lieu de le laisser passer.

images (17)

NKURUNZIRA atteint par le syndrome de Gollum? Violer la constitution et les Accords d’Arusha pour son mandat et y tenir mordicus malgré les centaines de morts, tortures, disparitions et des condamnations nationales et internationales est un prolongement de son comportement égoïste et irresponsable qui le fait passer pour quelqu’un d’incontournable même quand rien ne marche ; attitude assimilable au « Le roi se meurt », une pièce de théâtre tragique d’Eugène Ionesco. Il est tout et tout lui appartient.

A cet effet, Pierre NKURUNZIZA a su placer des pions qui, par leur incompétence et boulimie du gain facile tels que Jacques BIGIRIMANA, Gaston SINDIMWO, Jean de Dieu MUTABAZI, Concilie NIBIGIRA et Jean Becon JANGWA défendent leur maitre avec bec et ongles

A ce point de vue NKURUNZIZA est responsable et condamnable pour la situation chaotique qu’il a imposée lui-même au pays et devra en répondre devant le peuple Burundais et l’humanité toute entière.

Pourquoi non. Pour ceux qui le connaissent depuis son enfance NKURUNZIZA souffrirait d’une folie douce. Il en a lui – même témoigné lors d’une rencontre avec les cadres de son parti quand il leur racontait comment sa mère lui administrait des médicaments traditionnels pour lui éviter des crises. Si la boulimie du pouvoir l’a conduit à violer les Accords d’Arusha et sa Constitution, les psychologues et autres spécialistes des maladies mentales devront déterminer si vouloir violer les textes fondamentaux pour rester au pouvoir et étant averti des conséquences grave sur la nation ne relève pas de la folie, dans ce cas NKURUNZIZA serait excusable et cela constituerait une circonstance atténuante.

Les manifestants pro – gouvernementaux qui inondent les rues sont – ils à plaindre, sont – ils responsables ?

téléchargement (15)

Dans certains cas oui, dans certains cas non.

Dans certains cas oui.  En effet à la sortie ou prise de décision qui concerne le Burundi, il est tout à fait logique que certains membres zélés du CNDD-FDD à l’instar de MUHIZA Médard fassent des appels à manifester. Ces derniers font du porte – à porte pour mobiliser en intimidant. « Celui qui ne participera pas, nous conclurons qu’il est avec les opposants ou Igipinga». Tout le monde sait ce que cela implique comme punition ; mort, torture et disparition vers une fosse commune quelconque. Nous leur avons entendu lancer des slogans au cours des manifestations dernières « Murabe uwudashira amaboko hejuru », surveiller ceux qui ne mettrons pas les mains en l’air ». A ce point de vue ces sbires de NKURUNZIZA sont condamnables pour la situation chaotique qu’ils imposent avec leur maitre au pays. Ils devront en répondre devant le peuple Burundais et l’humanité toute entière.

Dans d’autres cas non. Les manifestants qui remplissent les rues de Bujumbura ne sont pas condamnables. Oui, parce qu’ils sont payés. Lors de dernières manifestations les taxis vélos ont été payés cinq mille Francs Burundais par taxi vélo en klaxonnant le long du parcours. Cela est une manne pour ces professionnels qui ne gagnent que mille francs (1000 Fbu) par jour, la moitié d’un dollar américain. Si les enchères ont été augmentées, on peut comprendre la forte mobilisation de ces taxis vélos. C’est une grosse somme facilement gagnée.

« Ce jour – la j’ai mes quatre mille francs (4000 Fbu) pour faire la fête. J’ai aussi mille francs à verser chez Mutama », nous a révélé un manifestant cycliste.

Beaucoup de ces manifestants cyclistes seraient des partisans de RWASA Agathon. Du coup ils reçoivent un payement conséquent et une petite contribution de facto pour leur leader. Dans ce cas, ils ne sont ni responsables ni redevables devant l’histoire du Burundi et de l’humanité. Il en va de leur survie.

Qui sont à plaindre et condamnables ?

Tout autour de NKURUNZIZA gravite une bande de malins qui, depuis Avril 2015 manipulent la situation pour en tirer profit. Nous ne reviendrons pas sur les noms cités ci-haut parce que nul n’ignore les postes juteux qu’ils occupent sans qu’ils en aient les compétences requises. On cite une bande d’une dizaine de généraux anciens rebelles qui, depuis une dizaine d’années ont accumulé des biens mal acquis qu’ils ne sauront défendre devant une cour de compte qui fonctionnerait normalement. Ces derniers sont prêts à se suicider collectivement plutôt que perdre leur « mangeoire ». Ils feraient la guerre à n’importe qui, même s’ils savent qu’ils la perdraient. Mais ils misent sur l’opposition entre les puissances occidentales et la Chine et la Russie en espérant que les deux derniers les défendront pour garder le statu – quo au nom du principe de la « Souveraineté ». Malheureusement le dernier vote de la résolution 2303 qui autorise le déploiement des policiers des NU a déçus le camp.

Cependant un certain Willy NYAMITWE, un profiteur malin qui a gagné et gagne toujours davantage jusqu’à créer des jalousies au sein des membres du système CNDD-FDD tire sur les ficelles. Depuis avril 2015, il a su profiter et faire profiter de la situation aux membres de sa famille. Il a par exemple su placer sa petite sœur dans un poste juteux créé par opportunisme. Il est parvenu à convaincre NKURUNZIZA de rappeler son frère Alain NYAMITWE d’Ethiopie où il était en poste d’ambassadeur et le placer au poste du Ministre des relations extérieures. Quant à lui, il reste un indéboulonnable principal conseillé extraordinaire et plénipotentiaire. Dans quelle mission Willy NYAMITWE ne participe – t- il pas personnellement ? C’est celui qui décide qui sont les membres d’une mission à l’étranger sans oublier une quelque dame qui le tiendra compagnie en dehors des heures de travail. C’est peut être pour cela qu’il préfère boycotter les réunion pour avoir plus de temps avec ses maîtresses qu’il exporte sur les frais de l’etat. Willy NYAMITWE est responsable et condamnable devant le peuple burundais et l’humanité entière.

 

Par Alison NTAHOMBAYE.