Déclaration contre le referendum sur la Constitution

  1. Ce 12 décembre 2017, à Bugendana, Monsieur Pierre Nkurunziza a procédé au lancement de la campagne pour un référendum sur une nouvelle constitution. L’esprit et la lettre de cette nouvelle constitution est de consacrer Pierre Nkurunziza “Président à vie du Burundi”.
  2. Cette nouvelle constitution enterre en outre définitivement l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et met fin aux pourparlers inter-burundais qui tentaient de mettre fin à la crise provoquée par un troisième mandat illégal du même Pierre Nkurunziza.
  3. Pour rappel Monsieur Pierre Nkurunziza a imposé ce troisième mandat illégal dans le sang avec des crimes contre l’humanité reconnus par les Nations Unies et la Cour Pénale Internationale de La Haye.
  4. Sans nul doute, une présidence à vie de Monsieur Pierre Nkurunziza sera elle aussi imposée dans le sang et consacrera une dictature d’un seul homme et d’un parti unique, le CNDD-FDD.

Face à cette situation grave, le CNARED-GIRITEKKA rend publique la position suivante :

  1. Le CNARED-GIRITEKA s’inscrit en faux contre ce référendum qui va consacrer le monopartisme et la déstabilisation du Burundi.
  2. Le peuple burundais qui a payé un lourd tribut pour accéder au multipartisme refusera avec énergie le retour anachronique dans une autocratie d’un parti unique.
  3. L’enterrement de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi sonne la fin d’une solution négociée qui était en cours à Arusha. Dès lors Monsieur Pierre Nkurunziza, qui doit se souvenir des raisons qui l’ont poussé à aller au maquis, ouvre un boulevard aux mouvements politiques armés et condamne le Burundi de replonger dans les affres d’une guerre civile.
  4. Cette guerre civile aura une déflagration sur toute la région et coûtera cher au monde entier.

Face à cette perspective d’une guerre civile de tous les dangers dans la région, le CNARED-GIRITEKA propose ce qui suit : 

  1. Que tous les garants et cosignataires de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi se réunissent en urgence pour redonner la chance à une solution négociée à la crise burundaise. Il s’agit :
  • des pays de la Communauté Est-africaine ;
  • de l’Union Africaine ;
  • de l’Union Européenne ;
  • des Nations Unies ;
  • de la Fondation Nelson Rolihlahla Mandela ;
  • de la Fondation Mwalimu Nyerere.
  1. Que tous ces garants et cosignataires de l’Accord d’Arusha décrètent un embargo économique et un embargo sur les armes contre le pouvoir de facto de Monsieur Pierre Nkurunziza;
  2. Que les Nations Unies et l’Union Européenne décrètent des sanctions ciblées contre Monsieur Pierre Nkurunziza et sa galaxie ;
  3. Que la CPI accélère la procédure de mettre hors d’état de nuire les bourreaux coupables des crimes contre l’humanité commis au Burundi et qui risquent de s’aggraver avec cette Présidence à vie de Monsieur Pierre Nkurunziza ;
  4. Qu’un Forum Citoyen réunissant le CNARED-GIRITEKA, la Société Civile, la Diaspora burundaise et toutes les forces vives de la Nation se tienne dans les meilleurs délais afin de constituer un front contre cette perspective macabre que Pierre Nkurunziza veut imposer au peuple burundais :
  5. Que les militants du CNDD-FDD épris de paix et soucieux d’arriver à une solution négociée se désolidarisent de cette folie meurtrière de Monsieur Pierre Nkurunziza et rejoignent le Forum Citoyen ;
  6. Que le peuple burundais dans toute sa diversité reste uni et solidaire, car l’union, la solidarité et la complicité de toutes les couches de la population burundaise sont nos meilleures armes contre la dictature de et la tyrannie de M. Pierre Nkurunziza.

Fait à Bruxelles, le 15 décembre 2017

Pour le CNARED-GIRITEKA

Dr. Jean Minani

Président

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *