Déclaration finale du Forum Citoyen Burundais

En date du 9 au 11 mars 2018, un Forum Citoyen Burundais qui regroupait 54 participants représentant plusieurs organisations :  la plate-forme politique CNARED-GIRITEKA, la Société civile, le Mouvement des femmes, la Diaspora, les médias en exil ainsi que des indépendants, s’est tenu à Leuven, au Royaume de Belgique. Les participants à ce Forum Citoyen provenaient de plusieurs pays en Afrique, en Amérique du Nord et en Europe.

 L’objectif majeur du Forum Citoyen consistait à analyser la crise profonde qui mine le Burundi, à arrêter une stratégie de sortie de crise et adopter une feuille de route commune pour redresser le pays en détresse.

Au cours des travaux de ce Forum Citoyen, les participants ont rappelé le triste bilan du régime dictatorial de M. Pierre Nkurunziza et ont décidé de rendre publique la déclaration suivante :

I – ETAT DES LEIUX

  1. Depuis que M. Pierre Nkurunziza a décidé de rempiler pour un troisième mandat illégal et illégitime en 2015, le Burundi traverse une crise profonde. A ce titre M. Pierre Nkurunziza a imposé son troisième mandat illégal par un bain de sang qui a déjà emporté plus de 3 000 vies humaines et par un terrorisme d’Etat qui a déjà jeté injustement plus de 10 000 burundais en prison et poussé à l’exil plus de 5% de la population burundaise. Soit environ 430 000 femmes, hommes et enfants.
  1. Dans le même registre, il faut ajouter que la presse privée indépendante a été détruite et que plus de 100 journalistes ont pris le chemin d’exil. Par ailleurs, des organisations de la société civile opposées à la dictature de Bujumbura ont été interdites et leurs leaders contraints eux aussi à l’exil.
  1. Comme si ce chapelet de malheurs ne suffisait pas, l’autocrate Pierre Nkurunziza, en vue de rester indéfiniment au pouvoir, vient de lancer le processus d’un référendum constitutionnel qui enterrera définitivement l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et la Constitution qui en est issue. Cette nouvelle constitution signera aussi un arrêt définitif des pourparlers inter-burundais initiés par la Communauté Est Africaine.
  1. L’enterrement de l’Accord d’Arusha qui incarnait notamment la démocratie consensuelle et inclusive, l’arrêt des pourparlers inter-burundais, l’organisation d’un référendum qui contraint la population à donner les pleins pouvoirs à un président de la République dont les mandats ne seront plus limités dans le temps, tous ces éléments constituent des facteurs d’instabilité et d’insécurité du Burundi qui peuvent déboucher sur la déstabilisation régionale.
  1. La haine politico-ethnique est actuellement enseignée au grand jour au Burundi et une milice armée Imbonerakure est devenue plus forte que les corps de défense et de sécurité. Ces derniers sont en totale décomposition au bénéfice de cette milice qui sème la mort et la désolation à travers tout le pays.
  1. La dictature de Bujumbura a plongé le Burundi dans une extrême pauvreté et malgré la misère de la population, la même oligarchie la raquette constamment avec des cotisations intempestives, multiformes et fantaisistes.
  1. Enfin, pour assoir sa dictature, M. Pierre Nkurunziza a accordé des permis d’exploration ou d’exploitation des minerais du Burundi à vil prix et dont les recettes n’apparaissent nullement dans le budget de l’Etat.

II – RESOLUTIONS

  1. Les participants au Forum Citoyen s’inscrivent en faux contre ce référendum constitutionnel de tous les dangers. Ils le combattront sans réserve. Ils ont convenu de mettre en place une résistance citoyenne pacifique, unie, solide, coordonnée et résolue afin de combattre ce référendum de révision de la constitution actuelle du Burundi.
  1. Les participants au Forum Citoyen recommandent le renforcement de la campagne “TESHWA UTE”.
  1. Les participants au Forum Citoyen demandent aux garants et cosignataires de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi de s’impliquer pour sauver et protéger ce pacte de cohabitation pacifique qui a fait ses preuves pendant plus d’une décennie.
  1. Les participants au Forum Citoyen demandent spécialement aux chefs d’Etats de la Communauté est Africaine d’empêcher M. Pierre Nkurunziza de poursuivre l’aventure hasardeuse et dangereuse d’un référendum qui menace la stabilité du Burundi et celle de la région. Les mêmes chefs d’Etats devraient contraindre M. Pierre Nkurunziza à s’assoir autour de la table des pourparlers inter-burundais conduits par S.E. Benjamin William Mkapa.
  1. Si ces pourparlers devaient reprendre, les participants demandent au Facilitateur Benjamin William Mkapa d’organiser au préalable des consultations inclusives de toutes les parties prenantes impliquées dans ce processus.
  1. Les participants au Forum Citoyen rappellent au Facilitateur que le respect de l’esprit et de la lettre de « l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi » et de la Constitution qui en est issue constitue un préalable non négociable.

III – SANCTIONS ET ACTION DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE 

  1. Les participants au Forum Citoyen demandent à la communauté Internationale, spécialement aux bailleurs de fonds comme L’Union Européenne, la Banque Africaine de Développement, la Banque Mondiale, de maintenir la pression sur la dictature de Bujumbura en la menaçant de suspendre leurs financements. Ces derniers sont loin d’être au service de la population mais rentrent dans les poches de M. Pierre Nkurunziza et de sa clique de prédateurs. 
  1. Dans cette même logique, le financement des troupes burundaises déployées à l’étranger dans le cadre des missions de maintien de la paix devrait être réanalysé et contrôlé afin d’éviter que ces fonds ne soient utilisés comme une bouffée d’oxygène pour l’oligarchie de Bujumbura. 
  1. Les participants au Forum Citoyen demandent des sanctions ciblées comme le refus de visas à certains responsables du pouvoir de Bujumbura ainsi qu’un embargo sur les armes. 
  1. Si M. Pierre Nkurunziza continue à forcer la voie du référendum constitutionnel, la Communauté Est Africaine devrait décréter un embargo total contre le Burundi comme cela fût le cas en 1996. 
  1. Le référendum constitutionnel provoque déjà l’augmentation de crimes pour réprimer les citoyens hostiles à cette consultation. Les participants au Forum Citoyen demandent instamment à la CPI d’accélérer ses enquêtes visant à traduire en justice les auteurs présumés des crimes contre l’humanité commis, en toute impunité, par le régime dictatorial de M. Pierre Nkurunziza. C’est la façon la plus efficace pour protéger la population burundaise.

IV – APPEL AU PEUPLE BURUNDAIS

  1. Les participants au Forum Citoyen lancent un appel solennel au peuple burundais afin qu’il résiste avec audace et détermination à ce référendum de tous les dangers. Dans cette résistance pacifique, le peuple burundais doit rester uni et solidaire. 
  1. Les participants au Forum Citoyen rendent un vibrant hommage à toutes les victimes de la folie meurtrière du dictateur Pierre Nkurunziza et expriment solidarité et compassion à l’égard de leurs familles. 
  1. Les participants au Forum Citoyen demandent aux militants du CNDD-FDD de se désolidariser du tyran Pierre Nkurunziza qui replonge le Burundi dans une guerre civile juste dans le but de défendre ses propres intérêts. 

V – COORDINATION ET COMITE DE SUIVI

  1. Afin de mener à bien la mission du Forum Citoyen, les participants ont mis en place un Comité de Coordination et de Concertation composé comme suit :

Représentant du CNARED : Dr. Jean Minani
Représentant du Mouvement des Femmes : Mme Marie Louise Baricako
Représentant de la Société civile : M. Pierre Claver Mbonimpa
Représentant de la Diaspora : M. Venant Bigemintwaza
Représentant des Médias en exil : M. Alexandre Niyungeko

  1. Le Comité de suivi qui, pendant un an, a porté la dynamique du Forum Citoyen, dynamique qui a abouti à la rencontre de Leuven, sera élargi à de nouveaux membres.

REMERCIEMENTS.

Les participants au Forum Citoyen remercient vivement les nombreuses bonnes volontés qui ont contribué au succès de cette rencontre historique.

Fait à Leuven, le 11 Mars 2018,

Pour les participants au Forum Citoyenµ

M. Athanase Karayenga

Modérateur et Rapporteur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *