Déclaration en rapport avec les disparitions forcées des 4 leaders du mouvement FPB

Le 21 Octobre 2017 quatre leaders des Forces Populaires du Burundi (FPB) ont été arrêtés en Tanzanie et conduits dans un lieu jusque-là secret. Il s’agit du Général-Major Jérémie Ntiranyibagira, du colonel Edouard Nshimirimana, du capitaine Libère Nzeyimana et de Madame Libérate Nijimbere.  Dix jours après, le CNARED-GIRITEKA  réalise avec regret qu’un silence coupable des Gouvernements de la Tanzanie et du Burundi entoure cette arrestation. C’est ainsi que le CNARED-GIRITEKA rend publique la déclaration suivante:

  1. Les quatre leaders du FPB ont été arrêtés en Tanzanie le 21 Octobre 2017 et sont devenus introuvables depuis ce jour.
  1. Des sources concordantes affirment que les services de sécurité tanzaniens auraient livrés les quatre détenus au Service National de Renseignement Burundais. Ainsi le tristement célèbre, Gérard Ndayisenga, patron du Service de Renseignement burundais à Muyinga, accompagné par le président du CNDD-FDD à Muyinga aurait récupéré les quatre personnes des mains des services de sécurité tanzanienne.
  1. Signalons à toutes fins utiles que Madame Libérate Nijimbere est une citoyenne tanzanienne qui ne peut en aucun cas être livrée à la police étrangère burundaise. Si elle enfreint la loi tanzanienne, c’est la justice tanzanienne qui doit statuer sur le cas et non le Service de Renseignement burundais.
  1. Le CNARED-GIRITEKA rappelle que la Tanzanie, terre d’exil et d’accueil des burundais et pays hôte des pourparlers inter-burundais a une lourde responsabilité de sécuriser les réfugiés et les acteurs burundais impliqués dans ce processus de pourparlers.
  1. Le CNARED-GIRITEKA rappelle malheureusement que le 17 Août 1990, le Président fondateur du PALIPEHUTU a été tué en Tanzanie dans la prison d’Ukonga. Le 11 janvier 2012, le leader du parti MSD, Monsieur Alexis Sinduhije, a été arrêté à l’aéroport de Dar Es Salaam ; après moult tractations il a été libéré après 14 jours, échappant ainsi à une extradition qui signifiait l’exécution à Bujumbura. Le 29 mai 2015, le Président de l’UPD-ZIGAMIBANGA, Chauvineau Mugwengezo ; Maître Cyriaque Nibitegeka et Pancrace Cimpaye, porte-parole du CNARED-GIRITEKA ont été arrêtés à l’aéroport de Dar Es Salaam et refoulés. En juillet 2016 un activiste de la société civile Pacifique Nininahazwe qui participait à la session des pourparlers inter-burundais à Arusha, a échappé à une arrestation-extradition. N’eût été l’intervention des anciens présidents burundais, cet activiste allait être livré à la dictature sanguinaire de Pierre Nkurunziza.
  1. De tout ce qui précède, le CNARED- GIRITEKA demande au gouvernement tanzanien :
  • De protéger les exilés burundais arrivés sur son territoire selon le droit international en matière de protection des réfugiés;
  • De sortir du silence et indiquer clairement ce que sont devenus les 4 personnes arrêtées sur le territoire tanzanien;
  • De confirmer ou infirmer l’information selon laquelle les quatre leaders du Mouvement FPB seraient livrés au pouvoir criminel de Bujumbura;
  • De prendre conscience de la lourde responsabilité qu’il porterait au cas où les bourreaux de Bujumbura feraient disparaître leur vie après l’acte d’extradition, au cas où il aurait eu lieu;
  • De prendre conscience que des actes pareils qui font atteinte aux droits humains ternissent l’image de la Tanzanie qui n’est plus considérée comme une terre d’accueil et d’asile pour les populations de la sous-région opprimées par leurs propres gouvernements ;
  • De savoir que cet acte met en doute la fiabilité de la Tanzanie comme terre d’accueil des pourparlers inter-burundais.

Fait à Bruxelles, le 1.11.2017

Pour le CNARED-GIRITEKA,

Prof. Charles Nditije

Président.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *