Lettre: Appel à la protection des réfugiés

REPUBLIQUE DU BURUNDI
Le Conseil National “CNARED”
REPUBLIKA Y’UBURUNDI
Inama nkuru y’Igihugu “CNARED”

Bruxelles, le 19 janvier 2016
A son excellence Monsieur Ban Ki-Moon,
Secrétaire général des Nations-Unies,
à New York.

Transmis copie pour information à :

– Son Excellence Yoweri Kaguta MUSEVENI,Président de l’Ouganda et Médiateur dans les négociations inter-burundaises
– Son Excellence Monsieur KAGAME, Président du Rwanda
-Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République Démocratique du Congo
– Son Excellence Uhuru KENYATTA, Président de la République du Kenya
– Son Excellence John MAGUFURI, Président de la République Unie Tanzanie
– Son Excellence Madame Dlamini Nkosazama ZUMA, Présidente de la Commission de l’Union Africaine,
– Son Excellence Madame Federica MOGHERINI, Haute Représentante de l’Union Européenne pour la
politique extérieure

 

Objet : Appel ultime à la protection des réfugiés burundais.

Excellence Monsieur le Secrétaire Général,
Depuis le mois d’avril 2015, le Burundi vit une grave crise consécutive à la violation de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, et la Constitution par celui dont la mission première était de les respecter et les protéger : Pierre NKURUNZIZA.
Excellence Monsieur le Secrétaire général,

Le troisième mandat aux responsabilités de Président de la République/Chef de l’Etat, que ce dernier a imposé au peuple burundais, est à l’origine d’une multitude de conséquences qui pèsent lourdement sur la paix et la sécurité au Burundi et dans la Région des Grands Lacs.
Une de ces conséquences est un vaste mouvement de plus de deux cents cinquante mille (250.000) burundais qui ont trouvé refuge dans des pays voisins : la Tanzanie, le Rwanda, la République Démocratique du Congo, l’Ouganda, le Kenya, la Zambie… D’autres ont pris le chemin de l’exil dans des pays européens ou américains.

Nous rendons hommage à ces pays, à leurs peuples et à leurs gouvernements et leur exprimons nos vifs remerciements pour la solidarité dont ils font preuve à l’endroit de ces milliers de réfugiés burundais meurtris par l’actuelle crise.

Le Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi et la Restauration de l’Etat de Droit (CNARED) saisit également cette occasion pour exprimer ses profonds remerciements à l’Organisation des Nations Unies qui, à travers le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), assiste quotidiennement ces réfugiés que le troisième mandat illégal et illégitime de Pierre NKURUNZIZA a déracinés de leur pays. Nous exhortons le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) à poursuivre inlassablement sa mission et augmenter son assistance humanitaire à ces réfugiés, en étant en même temps et davantage attentif aux menaces de sécurité que le pouvoir de Pierre NKURUNZIZA fait aujourd’hui peser sur eux.

En effet, le Conseil National pour le Respect de l’Accord d’Arusha et la Restauration d’un Etat de Droit au Burundi (CNARED), est au courant de menaces de plusieurs ordres qui pèsent sur ces réfugiés, orchestrés par le pouvoir de facto de Bujumbura dans l’objectif de poursuivre et assassiner toute voix discordante par rapport au troisième mandat de Pierre NKURUNZIZA.

Des commandos de ce pouvoir, notamment composés par des membres de la milice du parti au pouvoir le CNDD-FDD, les IMBONERAKURE et du Service National de Renseignement (SNR), sont formés et entrainés pour traquer et assassiner les réfugiés les plus visés. La première victime de ce plan macabre du pouvoir de facto à Bujumbura a été enregistrée le 1er janvier 2016, à travers l’assassinat de Jean de Dieu KABURA, un membre de l’opposition en exil à Nairobi, au Kenya.

Depuis une quinzaine de jours, la commission des droits de l’homme du CNARED reçoit des informations que des membres et sympathisants de l’opposition disparaissent à partir des camps de réfugiés, notamment en Tanzanie. Certains d’entre eux étant même transférés clandestinement au Burundi où ils subissent des tortures atroces avant d’être froidement exécutés et enterrés dans des fosses communes par les agents des forces de l’ordre et leurs alliés de la milice IMBONERAKURE sous les ordres de Monsieur Pierre Nkurunziza.

Le CNARED est aussi alarmé par des menaces et intimidations du régime de facto de Pierre NKURUNZIZA sur des refugiés spécialement dans la sous-région, pour les forcer à rentrer au Burundi malgré les menaces de sécurité qui pèseraient sur eux s’ils étaient forcés de retourner au Burundi.

Le CNARED est enfin renseigné de la mise sur pieds d’un réseau de criminels chargés d’éliminer les leaders burundais de l’opposition, des médias indépendants et de la société civile qui sont opposés au troisième mandat de Pierre NKURUNZIZA. Leur recrutement au sein de la diaspora burundaise est facilité par les ambassades du Burundi. Plusieurs personnalités de l’opposition sont ainsi visées et subissent des filatures dans leurs pays d’exil. Ils sont par conséquent obligés de vivre cachés de peur d’être assassinés par les escadrons de la mort de Pierre NKURUNZIZA.

Face à cette situation, le CNARED lance, à travers votre autorité, un appel ultime à la communauté internationale pour qu’une action urgente soit mise en place pour protéger davantage les réfugiés burundais et éviter que Pierre NKURUNZIZA exporte sa meurtrière et honteuse pratique d’exécutions extrajudiciaires des opposants et des membres de leurs familles dans la Région des Grands Lacs, voire partout où sont réfugiés des burundais opposés à son troisième mandat.

Notre conviction profonde est que la question des réfugiés burundais et de l’ensemble de la crise actuelle trouveront des solutions profondes et stabilisatrices dans la reprise urgente et sans répit des négociations inter-burundaises.

Malheureusement, ces négociations continuent à être compromises par l’obstination du pouvoir de facto de Pierre NKURUNZIZA à les refuser. La Région et la Communauté internationale doivent, plus que jamais, multiplier les efforts pour empêcher au pouvoir de Pierre NKURUNZIZA de poursuivre cette stratégie plus que jamais porteuse de gravesrisques de crimes plus effarants, rappelant ceux que la Région a connus à la fin du 20ème siècle.

Veuillez agréer, Excellence Monsieur le Secrétaire Général, l’expression de notre très haute considération.

Pour le CNARED
Léonard NYANGOMA
Président.

Copie pour Information :
– Membres du Conseil de sécurité de Nations-Unies (tous)
– Son Excellence Son Excellence Dr Richard SEZIBERA, Secrétaire Général de la Communauté de l’Afrique de l’Est
– Son Excellence Professeur Tumbo Luaba Secrétaire Exécutif de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL)
– Missions diplomatiques et consulaires accréditées au Burundi
– Organisations de défense des droits de l’homme
– Organisations de la société civile burundaises
– Médias

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *